mercredi 31 juillet 2013

"Orange is the new black" par Netflix : mon coup de coeur série TV de l'été !


Il y a certaines séries qu'on regarde par curiosité, presque en sachant qu'elles ne nous plairont pas. Et pourtant, en quelques minutes, sans même s'en rendre compte, on devient accro. 

C'est ce qui m'est arrivée avec "Orange is the new Black", une des séries originales de Netflix. En 13 épisodes, j'ai suivi avec assiduité le quotidien de Piper en prison, entourée d'Alex, Nicki, Red, Dogett, Daya, et les autres... 




Synopsis : Un an dans une prison pour femmes de sécurité minimale dans le Connecticut à la rencontre de personnages farfelus mais attachants...

[Edit : Il m'a fallu une semaine pour écrire cet article tellement j'ai apprécié cette série ! J'ai essayé de ne pas faire de critique trop éparpillée, sans succès !] Ne vous fiez pas au résumé expéditif, j'ai dévoré les 13 épisodes d'une heure chacun en trois soirées. (Les épisodes sont disponibles d'un coup) Impossible de m'arrêter, je devais regarder, jusqu'à 1h du matin, 2h du matin, qu'importe ! Car oui, on se demande toujours ce qui arrivera à Chapman (tout le monde utilise son nom de famille en prison), quelle prochaine merde lui tombera dessus ou quelle bêtise elle fera. On veut en apprend plus sur les règles d'une prison, sur les "coutumes" des prisonnières, mais surtout sur leur vie, que l'on découvre dans des flashbacks rapides. Car ce qui fait la richesse de la série, c'est bien la multitude d'histoires qui se télescopent dans ce minuscule endroit qu'est la prison.

Certains diront peut-être que la série va trop loin dans la diversité. Il est vrai que la prison a son tyran russe, son transsexuel, son gardien pervers, sa nonne, sa folle, et tant d'autres ! Mais encore une fois, cela permet surtout de multiplier les personnalités et d'obtenir un show vivant, des prisonnières vives et des répliques au tac-au-tac.


Ah, les répliques... C'est magique. Sur le poster de promo, on peut lire "Every sentence is a story". On peut traduire ça par "Chaque peine (de prison) a son histoire", mais aussi par "Chaque phrase est une histoire". Bon d'accord, c'est un peu tiré par les cheveux, mais pour moi, cela montre que chaque phrase prononcée en prison est lourde de sens, mais aussi que chaque réplique du show vaut son pesant de cacahuètes.On se souviendra longtemps de celle de Crazy Eyes : "But I threw pie for you..."

Il est temps de parler des personnages... Ah, ces personnages qu'on apprend à découvrir, à apprécier, voir à détester. Je vous le dis franchement, vous ne saurez pas qui vous préférez avant de voir le dernier épisode, car leur personnalité évolue très rapidement... Une prison, ça change une femme, oh ça oui. Vous découvrirez pourquoi certaines sont devenues méchantes, voir froides et dédaigneuses, ce par quoi elles sont passées, et ce qu'elles feront pour se racheter.


Personnellement, je me suis rendue compte lors des derniers épisodes que je détestais Chapman (Taylor Schilling). Son comportement change beaucoup en 13h de show et on a du mal à la reconnaître ou à la suivre... Mais j'ai aussi redécouvert Jason Biggs, qui pour moi n'était qu'un comédien bon à faire des blagues vaseuses, et qui se révèle être touchant, perturbé, énervé... Bref, qui nous prouve qu'il a une autre palette d'expressions que dans "American Pie" !

Je dois l'avouer, j'avais un peu peur de tomber sur les gros clichés de la prison, c'est-à-dire l'angoisse des douches et du "savon qui tombe", les armes tranchantes que l'on fabrique avec des brosses à dents (moi, une fan de "Prison Break" ? Bon oui, d'accord)... Finalement, la série est-elle loin de tous ses préjugés ? Oui et non. J'ai trouvé que le show utilisait justement tous ces clichés pour en rire, mais aussi pour montrer la vérité derrière eux. Il y aura bien quelqu'un pour vous forcer à devenir sa "prison bitch", mais n'est-ce pas par peur d'être seule soi-même ?

Quant aux préjugés sur les clans de couleur, ils volent eux aussi en éclat quand on se rend compte que les "blanches" se mêlent aux "noires" du ghetto et que le clan hispanique se mêle aux caïds des prisons pour renvoyer un gardien pervers...


Je pourrai encore disserter trois heures sur le show, mais quel intérêt ? Je sais très bien qu'après avoir vu le premier épisode de "Orange is the new black", vous serez accro ! Et pour info, le générique de la série est "You've Got Time" de Regina Spektor !

8 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec toi dans les derniers episode Chappman est insupportable. En 13h je trouve qu'il y a eu bcp d'action. Je me suis dit "bon 1an de prison la serie va vite finir" mais à voir avec le dernier épisode :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le dernier épisode m'a laissé bouche bée effectivement ! ^^ Je pense que la saison 2 sera à la hauteur de la 1ère, j'ai hâte :)

      Supprimer
  2. J'ai complètement accrochée à la série. Épisodes vu en moins de 48h haha.
    Chapman n'est pas celle qui m'a le plus énervée, celle qui détient la palme est Doggett : je veux qu'elle se taise et surtout qu'elle se brosse les dents !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais ouiiii, ça me crispe à chaque fois de voir ses chicots :(

      Supprimer
  3. je ne connaissais pas mais tu m'intrigues ... m'en vais me procurer cette série rapidement..

    RépondreSupprimer
  4. merci du conseil ! Super !!

    RépondreSupprimer
  5. Je vais me mettre a cette série parce que j' adore Laura prepon (et les séries) ^^
    http://myself-weed.over-blog.com/2014/01/mais-qui-est-laura-prepon.html

    RépondreSupprimer