mercredi 14 janvier 2015

Birdman, la claque incompréhensible de début 2015


Profitant de ma récente expatriation Outre-Manche et plus précisément à Londres, je me suis dépêchée d'aller voir "Birdman" (sorti plus tôt ici), le film de Alejandro González Iñárritu avec Michael Keaton et (entre autres) Emma Stone, mon actrice chouchou.

Je n'avais ni lu le synopsis, ni vu la bande-annonce...
Et effectivement, je fus plus que surprise !



En Angleterre, "Birdman" est sorti le 2 janvier au cinéma, alors qu'il ne sortira que le 25 février en France. Vous comprenez donc ma curiosité et mon envie d'aller le voir à Londres ! Surtout que ce film, je l'attendais depuis pas mal de temps, et ce pour une seule raison : la présence d'Emma Stone au casting.

Pour tout vous dire, j'étais tombée il y a quelques mois, sur des images de tournage où l'on voyait Emma Stone devant un marchand de fleurs en plein New York. À l'époque, j'avais retenu le nom du film, "Birdman", ravie à l'idée de bientôt revoir la rousse à l'écran. Et quand la promotion du film à commencer, je suis passée totalement à côté du synospis et des bandes-annonces. Résultat ? Quand je me suis installée dans la salle de cinéma après avoir payé ma place en tarif RÉDUIT à 8,60£ (oui oui), je ne savais pas à quoi m'attendre.

Mais comme je suis sympa, le voilà, le fameux synopsis :

L'acteur Riggan Thomson, has been connu pour avoir incarné un célèbre super-héros, monte une pièce à Broadway autour de son propre personnage dans l'espoir de renouer avec sa gloire passée. Pour ce faire, il est soutenu par sa fille, fraîchement sortie d'une cure de désintoxication qui devient son assistante, par une actrice et un producteur farfelu.



Maintenant que j'ai lu le résumé, je peux vous le dire : il ne montre pas du tout à quel point ce film est... étrange, particulier, intriguant, obscur et j'en passe. Cela ne veut pas dire que "Birdman" n'est pas brillant. Bien au contraire ! Ce film est une vraie claque, d'abord par sa réalisation : Alejandro González Iñárritu l'a filmé en un seul plan séquence. Oui, 2 heures de plan séquence, sans aucune coupure, avançant dans le temps par d'habiles jeux de clair-obscur et se déplaçant dans le labyrinthe d'un théâtre de Broadway.

Mais c'est aussi une claque (plus douloureuse) grâce au scénario et aux acteurs qui ont plongé tête la première dans l'univers du réalisateur. Ce n'est sûrement pas pour rien que le film a été nominé 7 fois aux Golden Globes 2015, repartant avec le prix du Meilleur acteur dans un film musical pour Michael Keaton et le prix du meilleur scénario pour Alejandro González Iñárritu.

Sans vous spoiler le film, je peux vous assurer que vous ne saurez plus vraiment quoi penser pendant ces deux heures de délire. Réalité ? Fiction ? Hallucination ? Magie ? Sans parler de la fin, qui ne conclut aucunement le film, nous laissant avec encore plus de questions.

Emma Stone, blonde et tatouée, nous offre un monologue puissant et émouvant

"Birdman" vous intrigue ? Attention, le film dure 2 heures et je dois avouer m'être un peu ennuyée pendant quelques scèns. Au final, je ne sais même pas si je le recommanderai autour de moi. Je sais seulement que ce film est un tel ovni, qu'il serait bête de le laisser passer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire